‹ Retour

Agence de placement indépendante : Personne n’en veut, mais plus personne ne peut s’en passer

(LCP) À l’occasion des consultations en commission parlementaire sur le projet de loi 10 limitant le recours aux services d’une agence de placement de personnel et à de la main-d’œuvre indépendante dans le secteur de la santé et des services sociaux, on constate à quel point le réseau, en manque de main-d’œuvre, peut difficilement se passer des agences.

Bien que favorable au P.L. 10, l’ Association des ressources intermédiaires d’hébergement estime qu’il est nécessaire de bonifier la mesure d’atténuation de l’écart salarial qui fait l’objet d’une lettre d’entente entre l’ARIHQ et le ministre de la Santé.

L’objectif de cette amélioration est de réduire l’écart salarial qui s’est creusé avec le réseau public, élargir son éligibilité à tous les employés qui offrent des services de soutien et d’assistance aux résidents et étendre son application aux heures travaillées par la main-d’œuvre indépendante.

Plus largement, une politique salariale harmonisée basée sur l’équité et le principe «à travail égal, salaire égal» doit être urgemment déployée à travers les différents milieux d’hébergement de longue durée.

AEPC ET RPA

Le président du conseil d’administration de l’Association des établissements privés conventionnés, Jean Nadon, est favorable à la fin des agences de placement de main-d’œuvre du secteur de la santé.

Mais les établissements privés conventionnés craignent les bris de services en étant privés du recours à la main-d’œuvre indépendante.

Dans ce contexte de pénurie de main-d’œuvre, ils demandent au ministre Christian Dubé un plan d’action quant à la mise en application de son P.L. 10.

Pour sa part, le Regroupement québécois des résidences pour aînés demande l’ajout d’une exception, applicable à la discrétion de la RPA, lorsque cette dernière fait face à une situation de bris de service potentielle.

FIQ

De son côté, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé a exprimé son insatisfaction quant à l’approche du ministre de la Santé.

D’après Julie Bouchard, le gouvernement devra non seulement améliorer le P.L. 10, mais s’il veut faire revenir les employés vers le réseau public, il devra faire de ce réseau un employeur de choix.

Pourquoi ne pas éliminer les agences? À cela, Christian Dubé répond que son objectif est d’éliminer les agences, mais qu’il faut procéder à une transition raisonnable, entre autres, sur le plan régional.

-30-

Source : Le courrier parlementaire / L’actualité gouvernementale (Abonnement) https://lcp-lag.com/article/personne-n-rsquo-en-veut-mais-plus-personne-ne-peut-s-rsquo-en-passer-43507?key=032c77bb86ecbf4482321fd22c469ba1 

Articles récents

Les établissements privés conventionnés soulignent la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées

Les établissements privés conventionnés (EPC) membres de l’AEPC soulignent aujourd’hui la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance […]

Voir plus ›
Trois établissements privés conventionnés se distinguent cette année

Le Groupe Roy Santé, la Résidence Riviera et la Résidence Berthiaume-du Tremblay se sont distingués cette année aux […]

Voir plus ›
Nouveau conseil d’administration de l’AEPC

Lors de l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue le 6 juin, les membres l’Association des établissements privés conventionnés […]

Voir plus ›
Le sans gluten, « un virage que tout établissement de santé va devoir prendre »

En avril dernier, une quarantaine de membres du personnel soignant et des cuisines des CHSLD St-Georges et du […]

Voir plus ›
Un autre établissement d’hébergement de longue durée se joint à l’AEPC

Le CHSLD Michèle-Bohec, un établissement de soins et d’hébergement de longue durée se joint à l’Association des établissements […]

Voir plus ›
Inscrivez-vous à notre infolettre

Recevez nos nouvelles en premier