‹ Retour

Projet de loi sur la maltraitance – Il n’y a pas que les groupes de défense des droits des aînés qui militent pour inclure la dénonciation obligatoire

L’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) croit que l’obligation morale de dénoncer n’a pas le caractère incontournable d’une convention, d’une loi. C’est pourquoi elle estime essentiel d’inclure à la fois l’obligation de dénoncer et la notion de complicité de méfait dans tout projet de loi qui veut créer un réel changement d’attitude au bénéfice des personnes vulnérables, quel que soit leur lieu de résidence. Les recommandations 1 et 5 du mémoire que l’AEPC a présenté à la Commission des relations avec les citoyens portent d’ailleurs sur ces deux éléments clés.

En tant que regroupement de propriétaires-gestionnaires de CHSLD et de centres de réadaptation privés conventionnés, l’AEPC se doit d’intervenir et d’appuyer ouvertement l’ajout de cet amendement au PL 115. « Nous sommes inquiets de constater qu’il y a encore peu d’enthousiasme à inclure l’obligation de dénoncer dans le projet de loi. Les CHSLD accueillant des clientèles vulnérables, nos membres qui gèrent 57 CHSLD et deux centres de réadaptation, incluant une unité de soins palliatifs, appliquent déjà des politiques de bientraitance visant à contrer la maltraitance. Ils peuvent ainsi agir et corriger une situation qui leur est rapportée. Comment pourront-ils continuer à agir efficacement si la loi ne leur permet pas de sanctionner quand des témoins ne signalent pas un acte de maltraitance ? », demande Annick Lavoie, directrice générale de l’AEPC.

Un témoin qui ne signale pas une situation de maltraitance devient complice de l’acte, quoi qu’on en dise. Sans l’obligation de dénoncer ce qui est vu ou entendu, on accepte que certaines victimes n’obtiennent pas le secours qu’elles sont en droit de recevoir parce que « c’était trop compliqué » ou qu’on « ne voulait pas s’en mêler ». En tant que société, sommes-nous prêts à cautionner cela ? On ne saurait accepter qu’une telle situation se produise et encore moins qu’elle découle d’une loi manquant de mordant.

Articles récents

Pour un réseau public en santé : de la parole aux actes

Dans la foulée des annonces ministérielles, nous, 16 présidents-directeurs généraux d’établissements de santé et de services sociaux du […]

Voir plus ›
Entrevue à LCN de Jean Nadon, président de l’AEPC

  Le président de l’Association des établissements privés conventionnés, Jean Nadon, accorde sa première entrevue depuis son élection […]

Voir plus ›
Message important concernant la COVID‑19

  L’été, les beaux jours et une prudente reprise des activités dans les milieux de vie privés conventionnés […]

Voir plus ›
Jean Nadon élu président du conseil d’administration de l’AEPC

Lors de l’Assemblée générale annuelle qui s’est tenue en juin, les membres de l’Association des établissements privés conventionnés […]

Voir plus ›
La COVID-19 est la grande responsable des décès en CHSLD, ne l’oublions pas !

L’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) s’indigne de la façon dont sont récemment représentés les CHSLD privés conventionnés […]

Voir plus ›
Inscrivez-vous à notre infolettre

Recevez nos nouvelles en premier